20 November, 2017

La sécurité des médecins généralistes lors de leurs gardes de nuit: Franco Seminara interpelle!

medecins_philippe_huguen

Le 20 septembre dernier, le député Franco Seminara posait une question à la Ministre de l’Intérieur, sur la sécurité des médecins généralistes lors de leurs gardes de nuit.

Question du député:

En réaction à l’agression dont a été victime un des leurs, l’Association des Médecins Généralistes du Tournaisis (AGT) avait décidé de suspendre les déplacements diurnes. En août 2013, un mouvement de grèves avait été entamé dans la commune de Péruwelz et s’était ensuite rapidement propagé dans de nombreuses autres entités du pays. Excédé par ces attaques et car-jackings à répétition, l’ABSYM (le plus important syndicat de médecins en Belgique) a déclaré vouloir abolir le service de garde de nuit si le gouvernement n’envisageait pas de prendre des mesures de sécurité supplémentaires. La présence d’un chauffeur-accompagnateur lors des tournées de nuit ou l’instauration de postes fait partie des mesures souhaitées par les généralistes dont beaucoup sont des femmes. Certaines grandes villes, telles que Charleroi et Anvers, ont d’ailleurs déjà adopté cette dernière initiative. 1. Que pensez-vous de l’idée avancée par l’Association Belge des Syndicats Médicaux (ABSYM) de proposer un chauffeur-accompagnateur? 2. Une enveloppe budgétaire pourrait-elle être dégagée pour organiser ces gardes et détacher des agents de sécurité dans ce cadre? 3. Avez-vous connaissance d’autres initiatives prises localement par les cercles médicaux pour sécuriser davantage leurs gardes nocturnes?

Réponse de la Ministre:

1. L’idée avancée par l’Association Belge des Syndicats Médicaux me semble intéressante dans le cadre d’une réflexion globale relative à une meilleure sécurité pour les médecins généralistes lors de leurs gardes de nuit. Je tiens tout de même à souligner qu’un chauffeur-accompagnateur tel que proposé par ladite association ne peut être qu’un agent de gardiennage répondant par conséquent aux dispositions de la loi du 10 avril 1990 réglementant la sécurité privée et particulière. Par ailleurs, le choix de recourir aux agents de gardiennage reste un choix privé à effectuer par les cercles médicaux. 2. Je ne peux que souligner le renforcement des effectifs policiers qui permet ainsi d’améliorer la sécurité, notamment aussi des médecins généralistes lors de leurs gardes de nuit. S’agissant des autres initiatives prises par les cercles médicaux en cette matière, elles relèvent des compétences du ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.