20 August, 2017

Reportage-photos de Martin Caulier: sur les traces du député Franco Seminara pendant 48H !

martin caulier

Il y a environ un mois, Martin Caulier, un jeune étudiant en 3ème bachelier à l’Institut des hautes études des communications sociales (IHECS) contactait le député Franco Seminara pour le suivre dans sa vie de parlementaire.

Cette démarche s’inscrit dans son cours de photographie et a pour but de faire transparaître le quotidien d’une personnalité politique par le biais de clichés, à la manière d’un journal de bord.

Au départ, Martin devait suivre notre parlementaire durant une journée mais au final, son marathon a duré 48H !

Aujourd’hui, voilà son travail terminé et rendu aux professeurs. Il nous le présente, à travers une galerie-photos commentée, où il nous fait partager ses deux jours intenses passés aux côtés du député Franco Seminara!

Voici déjà quelques extraits de son reportage photos:

Il vous suffit de cliquez ici pour accéder à la galerie complète: http://www.flickr.com/photos/martincaulier/page2/ !

Dans le texte ci-dessous, il nous livre toutes ses impressions sur son expérience dans la vie d’un parlementaire …

« Quarante-huit heures dans la vie d’un parlementaire »

A quoi ressemble le quotidien d’un député parlementaire? Comment les politiques élus par le peuple accomplissent leurs devoirs de représentativité ?

Quarante-huit heures dans la vie du député PS Franco Seminara. Entre commission, comité de bureau, rencontre avec les militants et séance plénière au parlement ; l’agenda chargé d’un parlementaire à mobilité réduite.

Dix heures, mercredi 17 avril, le député parlementaire Franco Seminara m’a donné rendez-vous à la maison des parlementaires. Au 21 rue de Louvain, tous les élus du pays travaillent à faire évoluer la législation belge.

Le député Seminara vient à ma rencontre accompagné de son collaborateur. Après un bref passage chez son ami Herman De Croo, nous nous rendons à son bureau afin de rencontrer le reste de son équipe. Chacun de ses trois collaborateurs a un rôle bien spécifique. Si deux d’entre eux sont chargés de l’administratif, le troisième accompagne le député en permanence et l’aide à se déplacer. L’une des assistantes me communique le programme de la journée. A l’agenda du parlementaire, une commission à onze heures, un comité de bureau dans sa région natale de Mons-Borinage et une rencontre avec les militants à l’occasion du tour des fédérations PS réalisé par le Président de parti Paul Magnette.

En arpentant les couloirs de la maison des parlementaires et du parlement, le député Seminara salue bon nombre de ses collègues de tous bords politiques. Monsieur Seminara préside la commission du jour. Elle consistera en une dizaine de questions posées par une députée NVA et une député Ecolo à l’attention de la Secrétaire d’Etat à l’Asile, à la Migration, à l’Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté ; Maggie De Block. Les questions du jour concernent principalement la lutte contre la pauvreté. Après une heure trente de réunion, la séance touche à sa fin.

Le député prend ensuite la direction de Thulin, village de la région de Mons-Borinage, afin de participer au comité de bureau. Ce comité rassemble les différents bourgmestres de la région et se déroule à huit clos. Je n’ai pas le droit d’y assister. La rencontre se déroule dans la maison du peuple de Thulin, bastion socialiste s’il en est. Le comité se réunira pendant plus de trois heures. A la sortie, les mines semblent satisfaites et les politiques prêts à recevoir leur Président de parti. Monsieur Magnette arrive aux alentours de dix-neuf heure et l’assemblée peut débuter. Le but du rassemblement est de donner la parole aux militants et de répondre à leurs interrogations. Le député Seminara se place parmi eux. Il semblerait qu’ici beaucoup le connaissent et désirent s’entretenir avec lui pendant quelques instants. La qualité première d’un représentant du peuple n’est-elle pas d’être à l’écoute de ses citoyens ? Monsieur Seminara accorde de l’importance à ces temps d’échanges. C’est donc pour cela qu’il consacre deux jours par semaine à recevoir des militants à son domicile et à prendre conscience de leurs préoccupations.

Le meeting débute et les questions s’enchaînent. Les thèmes sont vastes. Cela va de la situation économique actuelle à la création de possibilité d’engagement politique pour les jeunes. L’image du parti et la dynamique de celui-ci à travers son nouveau Président faisant fonction semble être une préoccupation importante. Aux yeux de beaucoup, Paul Magnette doit encore faire ses preuves. La séance de questions/réponses touchant à sa fin, tous sont invités à prendre un verre avec leurs élus. C’est l’occasion pour le député Seminara de retrouver les militants, de discuter un instant et d’entendre leurs attentes par rapport aux élections législatives de 2014. Il est vingt-deux heure et la soirée se termine enfin. Après une journée bien remplie, le député rentre chez lui et me fixe rendez-vous le lendemain à treize heures.

Arrivé à la maison des parlementaires, le collaborateur de Monsieur Seminara me rejoint et m’annonce que Monsieur Seminara a déjà pris part à la séance pleinière du Parlement. La séance est consacrée à l’écoute de propositions de loi, de questions à des membres du gouvernement, etc. L’ensemble des discussions est retransmis dans les bureaux des parlementaires afin que leurs équipes puissent prendre connaissance de ce qui se dit. La séance se clôture par le vote en fin de journée.

Le député se rend ensuite à l’UMons afin de participer à une conférence-débat menée par le Premier Ministre Elio Di Rupo. Monsieur Seminara avait d’ailleurs rencontré plus tôt dans la journée le Recteur Calogero Conti et le Recteur honoraire, Monsieur Serge Boucher, dans le but de leur faire visiter les dessous du Parlement. La rencontre est un réel succès à en juger par le nombre de personnes présentes pour écouter le Premier du pays. Les questions posées par l’assistance touchent des thèmes larges tels que la situation économique actuelle, le numérus clausus imposé dans le cadre des formations en médecine, la construction prochaine de la gare de Mons, … Le Premier ministre s’est exprimé sur chacun de ces sujets ainsi que sur le budget, l’avenir de l’Europe mais aussi les réformes institutionnelles et la difficulté de les mettre en place dans un système multipartite, l’augmentation de l’espérance de vie et la problématique corollaire des pensions, …

La journée s’achève et avec elle les quarante-huit heures intenses passées au côté d’un député à mobilité réduite pour qui le handicap semble être une force positive. Si l’appareil étatique est une machine complexe, le député PS Franco Seminara la manie de façon intelligente en gardant la part d’humanité indispensable chez tout représentant du peuple.