29 June, 2017

Des tests génétiques en vente libre en Belgique? Franco Seminara interroge la Ministre de la Santé!

dna-test2 (1)

Le 27 novembre, en Commission Santé Publique, une question du député Franco Seminara était posée à la vice première ministre et ministre des Affaires  sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales,  sur « les tests génétiques en vente libre en Belgique ».  

Voici le compte rendu intégral :

« Franco Seminara : Le Conseil  Supérieur de la Santé met en garde contre l’éventuelle instrumentalisation par des tiers  (assureurs, employeurs, agences d’adoption, etc.)  des tests génétiques, en vente libre et d’un accès  de plus en plus facile. Il insiste aussi sur les  conséquences psychologiques et rappelle que les  résultats n’ont aucune validité clinique.

Que vous inspirent les recommandations du CSS?

Celui-ci affirme aussi que notre législation en la  matière serait déficiente. Qu’en pensez-vous?

Enfin, la prévention et l’information destinées au  grand public sont nécessaires. Des campagnes en  la matière sont-elles prévues?

Laurette Onkelinx, ministre : Le Conseil supérieur de la santé, mais aussi le Conseil national de l’ordre des médecins et le  European  Academies Science Advisory Council ont fait part de leurs préoccupations: la documentation sur ces tests n’est pas suffisante, ni du point de vue clinique ni de celui de l’information du public.

Il n’y a pas, pour l’instant, de cadre légal et réglementaire pour ces tests, qui relèvent de  l’exercice de l’art de guérir. La directive européenne In Vitro Diagnostic doit être revue, et pourrait constituer la base pour la régulation du  Direct Consumer Genetic Testing en Belgique. Des informations se trouvent déjà au CSS, au Conseil national de l’ordre des médecins et au European Academies Science Advisory Council. Il y  a aussi une publication récente de la Commission  européenne sur les  Genetic Tests for Health  Purposes. Je vais toutefois demander au CSS et au collège de génétique humaine du SPF Santé  publique comment mieux informer le public.

Franco Seminara : La sensibilisation et  la prise de conscience sont nécessaires. Le travail se poursuit. »