23 June, 2017

Franco Seminara invité à l’Heph pour une rencontre-débat avec de jeunes étudiantes!

Condorcet

Ce lundi 12 novembre, le député Franco Seminara était invité par la Haute Ecole Province de Hainaut Condorcet pour une rencontre-débat avec des étudiantes du site montois de la catégorie pédagogique.

Un public composé d’institutrices du cycle inférieur, originaires de Mouscron, la Louvière, Frameries, Thuin, Ath, Chapelle-Lez-Herlaimont ou encore Valenciennes.

Le député a entamé son exposé en remerciant le Directeur de l’institution et le professeur Pascal Tierce à l’initiative de cette rencontre à laquelle il participait avant même d’être mandataire, mais aussi l’enseignante Véronique Lambert, présente également, pour leur démarche d’ouverture tournée vers l’extérieur, au-delà des murs de l’école.

Lors de cet échange, Monsieur Seminara leur a fait part de son histoire personnelle et des étapes qui ont précédé son entrée dans le monde politique.

Outre son parcours de vie parsemé d’obstacles, il leur a expliqué son engagement permanent lorsqu’il chantait pour les causes associatives, ses positions engagées comme militant bénévole pour une société plus juste ou encore, sa collaboration en tant qu’ambassadeur d’Handicap International.

Après leur avoir présenté son arrivée au Parlement (en tant que Sénateur puis en tant que Député), il a abordé les réalités de l’univers politique ainsi que ses divers travaux au niveau législatif.

L’évolution du combat pour les personnes handicapées s’est ensuite retrouvée au cœur du débat. A ce titre, monsieur Seminara leur a expliqué qu’il est plus difficile, aujourd’hui qu’hier, de faire entendre ses convictions sur la scène politique. Mais, a-t-il insisté, l’important est de rester fédéré et rassemblé autour d’une cause afin de faire entendre sa voix. « Seuls, nous sommes rien, ensemble nous sommes tout », comme il le dit souvent d’ailleurs.

Enfin, la place des jeunes dans la société et les difficultés de trouver un emploi à l’heure actuelle ont clôturé la réflexion. Les jeunes étudiantes ont partagé l’idée qu’être valide et autonome constitue de nos jours un « facteur chance » dans « une société du quotidien, plutôt qu’une société qui projette dans l’avenir », comme le professeur Pascal Tierce a ajouté.