23 June, 2017

Interpellation de Franco Seminara sur l’incident survenu en gare de Mons le 9 mars 2011

Le député Franco Seminara a interpellé la Ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques, Mme Inge Vervotte, sur l’incident survenu en gare de Mons le 9 mars 2011.

Le mercredi 9 mars, un nouvel incident est survenu en gare de Mons faisant trois blessés légers. Le train Bruxelles-Quiévrain de 13h16 (arrivé avec un retard de 4 minutes) est entré en gare de Mons alors que sa vitesse était bien au-delà des 40 Km/h requis.

Aujourd’hui, on connaît mieux les raisons qui ont poussé le conducteur du train à effectuer un freinage d’urgence puisque ce dernier a reconnu être responsable de la vitesse trop élevée de son train. Le conducteur s’est ainsi rendu compte trop tard qu’il était envoyé sur une voie où la vitesse est limitée à 40 km/h alors qu’il entrait en gare à 80 km/h.

Selon le syndicat, c’est la fatigue qui est la raison principale de l’incident, soulignant une nouvelle fois les cadences horaires et les charges de travail trop importantes pesant sur lepersonnel des chemins de fer, en particulier les conducteurs.

La succession des accidents en gare de Mons mérite qu’on s’y attarde au vu du traumatisme toujours bien présent chez nos navetteurs depuis la catastrophe de Buizingen qui a frappé douloureusement notre région.

Comprenez-vous les griefs des syndicats des conducteurs de train qui dénoncent des cadences horaires trop élevées ? N’est-il pas temps que des aménagements soient vite réalisés en la matière pour éviter les incidents liés à la fatigue des conducteurs ?

Les roulements des conducteurs de train ne peuvent difficilement être assimilés à des cadences insupportables

Selon la Ministre, l’enquête est toujours en cours. Toutefois, d’après les léléments en sa possession, ni le personnel du gestionnaire de l’infrastructure, ni l’infrastructure ferroviaire ne sont responsables de cet accident.

Lorsque le conducteur s’est rendu compte qu’il allait aborder l’aiguillage à une vitesse trop élevée, il a effectué un freinage d’urgence, mais a néanmoins abordé celui-ci à vitesse trop élevée. Propos que le conducteur a confirmés lors des auditions. L’intervention du service 100 a été demandée après que l’accompagnateur de train soit passé dans toute la rame.

Les roulements de conducteurs de train ont été établis conformément à la réglementation et peuvent difficilement être assimilés à des cadences insupportablesLe service du conducteur concerné débutait à 6 heures et se terminait à 15 heures.  La veille, soit le 8 mars, il était en repos, a ajouté la ministre.

La sécurité de la gare ferroviaire de Mons va être modernisée et ce, de plusieurs manières :

-          Par la centralisation des commandes des aiguillages et des signaux de la gare de Mons et voisines.

-          Par l’implémentation du systèmeEBP/PLP dans le cadre de l’informatisation de la régulation du trafic.

-          Par le déploiement de balises TBL1+ devant équiper les signaux de la gare.

Pour le député Franco Seminara, même si la règlementation en matière de roulement des conducteurs de train est respectée. Les syndicats liés au rail reviennent souvent sur l’état de fatigue et de stress des conducteurs de train. Quant à la proposition de ces mêmes syndicats sur la présence d’un deuxième chauffeur en cabine, la Ministre n’est toujours pas persuadée que cette requête contribuera à la concentration nécessaire de conduite.