23 June, 2017

Nouveau système de contrôle d’alcoolémie testé par la Police boraine

alcolémie

La Zone de Police Boraine a testé le week-end dernier un nouveau capteur qui détecte très rapidement chez le conducteur toute absorption d’alcool.  Grâce à cette rapidité d’exécution, les contrôles d’alcoolémie seraient facilités.  En cas de signalement positif, le conducteur devrait alors se soumettre au traditionnel éthylotest qui mesure avec précision le degré d’alcoolémie.

Les Députés PS Eric Thiébaut et Franco Seminara ont interpellé ce jour la Ministre de l’Intérieur, Annemie Turtelboom, afin d’obtenir une évaluation du procédé, de son coût, ainsi que des possibilités d’homologation en Belgique de ce nouvel appareil.

L’expérience pilote organisée dans la zone boraine auprès de 240 personnes se révèle selon les intéressés un vrai succès puisqu’il permet un taux de contrôle trois fois plus élevé qu’en temps normal.

Il a été également été demandé à la Ministre si elle encourage l’acquisition et l’utilisation de ce type d’appareil qui a coûté, pour information, 650 € hors tva à la police Boraine.

Selon la Ministre, l’utilisation de « l’alco-sensor » doit être considérée indépendamment de la procédure légale d’alcotest.

Il s’agit en effet d’un appareil qui n’indique pas le taux d’alcoolémie et qui sert uniquement à sélectionner les conducteurs qui pourraient avoir bu de l’alcool et devraient être soumis à un alcotest légal.

Les frais d’acquisition de tels appareils « utiles » est à charge des zones de police. Il revient donc aux autorités locales de décider souverainement si oui ou non elles y investissent. La Police fédérale fait actuellement une analyse.

Puisque « l’alco-sensor » n’indique pas le taux d’alcoolémie et est utilisé en dehors de la procédure légale d’alcotest, cet appareil ne doit pas satisfaire à des conditions d’agréation et d’étalonnage.