27 April, 2017

Football: Réforme D1 – Les Députés PS Franco Seminara et Linda Musin interpellent le Ministre Van Quick

football

Suite aux décisions prises récemment par la Ligue Pro concernant la réforme du Championnat belge de football de DI…et de D2, les Députés fédéraux PS Franco Seminara et Linda Musin interpelleront prochainement sur le sujet le Ministre pour l’Entreprise et la Simplification, Monsieur Vincent Van Quickenborne.

Les Députés fédéraux PS, par leurs interventions, souhaitent relayer les inquiétudes des supporters, de bon nombre de joueurs de la D1 et la D2 face à cette réforme jugée trop injuste par les concernés.

Il est demandé au Ministre, dans le cas où la concurrence déloyale est confirmée par le Conseil de la Concurrence, si une révision de la réforme pourrait être soutenue et, dans cette perspective, s’il soutient le recours des clubs de D2 devant les instances de l’UEFA et de la FIFA contre cette réforme.

Le 17 mars 2008, la Pro League a voté à l’unanimité une réduction de la D1 de dix-huit à seize clubs et l’introduction de play-offs. But avoué : disposer d’un championnat avec plus de suspens, plus de rentrées financières et une augmentation du niveau. Deux saisons plus tard, les dirigeants du championnat ont décidé d’acter une nouvelle réforme qui fait encore grand bruit.

A cet égard, le président du RAEC Mons, au nom de la division 2, souligne que celle-ci leur impose une concurrence déloyale dans leur ambition de rejoindre un jour la D1. Avec le nouveau système de calcul pour la descente en D2 basé sur 3 années et l’octroi d’une prime de plus d’un million d’euros au seul descendant, les clubs de D2 font valoir leur droit à l’émancipation financière et sportive.

Les dirigeants des clubs de D2 invoquent l’absence de logique et d’éthique sportive dans la nouvelle réforme qui les entraîneraient, au mieux, à demeurer au sein de l’antichambre de l’élite.

Voici la question de Franco Seminara déposée ce jour au sein des services de La Chambre :

Question écrite du député Franco Seminara au Ministre pour l’Entreprise et la Simplification, M. Van Quickenborne, sur la réforme du championnat de D1 de football.

Monsieur le Ministre,

La  réforme du championnat telle qu’elle vient d’être décidée par les clubs de D1 fait l’objet de nombreuses critiques au sein des dirigeants des clubs de D2 et des supporters.

Pour rappel, le 17 mars 2008, la Pro League avait voté à l’unanimité une réduction de la D1 de dix-huit à seize clubs et l’introduction de play-offs dans le but avoué de disposer d’un championnat avec plus de suspens, plus de rentrées financières et une augmentation du niveau.

Mais après à peine deux saisons de pratique effective, les dirigeants de ce championnat ont décidé d’acter une énième réforme encore plus décriée aujourd’hui.

Elle est décriée non seulement par les supporters et l’ensemble des joueurs car jugée trop compliquée. Mais elle l’est  aussi et surtout par les dirigeants des clubs D2 qui la trouvent injuste.

A cet égard, le président du RAEC Mons, au nom de toute la division 2, souligne que la réforme leur impose une concurrence déloyale dans leur ambition de rejoindre un jour la D1.

En effet, avec le nouveau système de calcul pour la descente en D2 et l’octroi d’une prime de plus d’un million d’euros au seul descendant, les clubs de D2 font valoir que la Ligue Pro, uniquement constituée de clubs de D1, a voté une réforme qui ne vise qu’à protéger ses intérêts !

Un calcul compliqué qui prendra en considération les résultats des 3 saisons précédentes, permettant beaucoup de petits arrangements et qui rendra le maintien d’un club qui monte de D2 en D1 quasiment impossible.

Les dirigeants des clubs de D2 invoquent l’absence de logique et d’éthique sportive dans la nouvelle réforme. Ils viennent à se demander, à juste titre, s’ils doivent, injustement, tirer une croix sur le football professionnel.

Dans ce cadre, Monsieur le Ministre, on a appris avec satisfaction que le Conseil de la Concurrence a demandé des éclaircissements sur le sujet, surtout par rapport au calcul de la relégation sur trois ans. Pourriez-vous nous en dire plus sur la procédure en cours ?

Comme le craignent les clubs de D2, une concurrence déloyale serait d’application avec ce nouveau système. Si tel était le cas, une révision de la réforme de la part des dirigeants de la Ligue Pro pourrait-elle être soutenue ?

Dans cette perspective, soutenez-vous les  démarches entreprises par les clubs de Division 2, qui ont décidé de recourir à la Justice et protester à l’UEFA et à la FIFA contre cette réforme du championnat de D1 ?

Franco Seminara

Député fédéral

0477/ 30 91 99

www.francoseminara.com